Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

jeudi 31 décembre 2009

BELLE ET HEUREUSE ANNEE 2010 !!!!!!!!!!!!

Avec tout ce qui fit 2009 (mais j'en oublie bien sûr !!!!) ....


A CEUX QUE J'AIME TOUS MES VOEUX DE GRIGRITEUSE !
QUE 2010 NOUS COMBLE DE BONHEURS TOUT PETITS ET DE BONHEURS TRÈS GRANDS !!!

BELLE ET HEUREUSE ANNEE 2010 !!!

mercredi 30 décembre 2009

NOS CADEAUX DE NOEL

Que de merveilles encore cette année, que de belles découvertes...
Donner, recevoir, savourer les cadeaux des autres !
Voici en vrac quelques cadeaux, quelques bonheurs de ce Noël 2009 !




J'ai cherché à en savoir un peu plus sur Stéphanie Devaux (artiste calligraphe )et j'ai bien envie de cette version des "Lettres de la religieuse portugaise"

Deux superbes dessins pour Léonora






Une poule sur deux roues pour mon Victor

Les Bijoux cousus d'Ise ( découverts à Lille en novembre)




et son site : http://www.marque-ise.org/







Les collages de mon beau-frère (pour Apolline et pour moi)






Le superbe livre de François Schmidt "Jardins, gloriettes et cabanes perchées " offert à Papy et Mamy




et une dédicace qui fait chaud au coeur



"Je préfère dessiner un arbre en hiver. Parce qu'un arbre en été, c'est plus long. Je dessine chacune de ses feuilles.

Sourire malicieux. François Schmidt, cheveux blancs, barbe blanche et fournie est le père Noël des arbres en été. Des arbres qui supportent ou qui cachent de drôles de cabanes. Comme des êtres vivants attachés l'un à l'autre.« Le fouillis c'est la vie et la vie est dans les détails », affirme le dessinateur écrivain qui publie un nouvel ouvrage baptisé « Jardins, gloriettes et cabanes perchées ».« Cette fois, j'ai écrit tous les textes ». François y livre quelques-unes des clés de son univers avec autant de poésie que dans ses dessins. Un univers pas aussi enfantin qu'il n'y paraît, rempli d'une multitude d'objets accumulés. Pas de place pour le vide. L'univers de François Schmidt est plein d'amour comme un œuf. Quand il expose ses dessins, il s'amuse à observer les visiteurs qui scrutent les détails à la recherche des pistes cachées. Certains viennent même avec une loupe pour ne rien rater. Dans ses cabanes et ses gloriettes rassemblées dans ce dernier livre, il raconte d'autres histoires, d'autres vies inventées.« En réalité, je me raconte l'histoire du dessin en le faisant. J'ajoute peu à peu les arrière-plans, autour d'un premier dessin et j'espère que le spectateur va refaire le même parcours que moi en se racontant sa propre histoire. »Les dessins de François Schmidt sont comme lui, tout en finesse et en douceur. Son monde est resté en enfance. Avec la bonté originelle de l'enfance. Il fut graveur de formation et ça se voit dans le trait. Pointe sèche, eaux-fortes, François dit qu'il a toujours dessiné. Pour lui, c'est comme respirer et marcher. Maintenant, il écrit aussi. Parce que tout de même « l'écriture, c'est l'art parfait »"




fkunze@journal-lunion.fr

mardi 29 décembre 2009

LA FLEUR DU MAL OU LA TACCA


Voici un lien vers Jean-Pierre , son blog VOIR ET LE DIRE, MAIS COMMENT ? et cette superbe FLEUR DU MAL :











" Une drôlesse qui nous vient de l’Asie et souvent de Malaisie, moustachue, noire, rebelle à souhait. Le savant se perd dans sa description latine et même française tant la forme de ses bractées, de ses fleurs et appendices est complexe. La Tacca chantrieri, la plante chauve-souris."




http://voirdit.blog.lemonde.fr/2008/09/19/des-noirs/


http://voirdit.blog.lemonde.fr/

lundi 28 décembre 2009

"LA PREMIERE OEUVRE D'ART QU'ON VOIT CE SONT NOS REVES"





"La première oeuvre d'art qu'on voit ce sont nos rêves "
Edouard Levé



" A Lascaux se trouve un dessin vieux par conséquent d'au moins dix-huit mille ans, qui est à mes yeux la première représentation du rêve.
Il montre un homme allongé en train de rêver qu'il tue des bisons.
Il est allongé, en érection, on voit son âme s'envoler, comme un oiseau.
Dans ce dessin, il y a ainsi tout ce qui constituera, plus tard les civilisations et les religions: le concept métaphysique du rêve basé sur l'idée que les hommes sont composés d'un corps et de quelque chose d'autre qui agit indépendamment d'eux
Sans les rêves il n'y aurait pas eu de sépultures, destinées à protéger le corps mais surtout l'âme ou l'esprit.
Il n'y aurait pas eu non plus d'art et de création.
Pendant la journée notre apprentissage nous transforme en animal social.
Pendant la nuit, le rêve nous permet de redevenir ce que nous sommes à l'origine.
C'est une sorte d'anti-apprentissage.
Grâce aux rêves s'exercerait ainsi une résistance au formatage et à toutes formes de totalitarisme "


Michel Jouvet (interview Télérama 19 décembre 2007)

dimanche 27 décembre 2009

LA ROUTE ET ZDZILAW BEKSINSKI


Il y a presque deux ans mon amie Isabelle m'a offert un livre terrible LA ROUTE de CORMAC MC CARTHY .C'est un livre dérangeant, inquiétant, désespérant mais très beau.
J'avais préparé et mis en brouillon cet article (en fait je fais ça souvent des tonnes de brouillons sur tout ce que je vois, je lis, j'écoute et après j'oublie de publier !) .
Je ne savais pas que ce livre deviendrait le film que l'on sait (allez j'en profite pour ajouter la bande annonce hélas en français )

Dans mon premier article j'évoquais ce tableau de ZDZILAW BEKSINSKI
Tableau qui m'avait fait revivre la marche de mes deux personnages ....




http://www.beksinski.pl/



samedi 26 décembre 2009

LU ET AIME CHEZ CLAUDIE GALLEY (2)



"L'encombrement des greniers ressemblent parfois à celui de nos mémoires"



Les Déferlantes


vendredi 25 décembre 2009

jeudi 24 décembre 2009

LU ET AIME ......CHEZ MONTAIGNE

je t'offre une jolie phrase à méditer m'a dit mon amie Isabelle :




"Nous ne sommes hommes, et ne nous tenons les uns aux autres que par la parole."



Montaigne, dans les Essais.

lundi 21 décembre 2009

PRISONNIER AU BERCEAU DE CHRISTIAN BOBIN



" La cage des conventions qui est autour des gens s'ouvre parfois.
Les barreaux des paroles prévisibles sont sciés par la lime d'un silence ou d'une fatigue et la personne apparaît alors dans toute sa royauté : on se trouve devant quelqu'un qui va mourir, qui l'a oublié, qui est bon et qui ne le sait pas.
On ne peut rien espérer de plus beau ."

dimanche 20 décembre 2009

MISSTIC ET ESOJ C'EST CHEZ ROSE ET SON ROMAN BIEN SUR !


MISSTIC ET ESOJ SONT EXPOSES CHEZ ROSE ET SON ROMAN !







J'ai beaucoup d'admiration pour tout ce que propose ROSE ET SON ROMAN depuis quelques mois, dédicaces nombreuses, artistes connus et moins connus .......

samedi 19 décembre 2009

MELITTA CSORJAN DERNIER JOUR A L'ANCIEN COLLEGE DES JESUITES

Nous avons craqué !!!!!
Apolline a choisi le cadeau de ses 15 ans et moi mon cadeau de Noël !
Devinez lesquels ......
Je suis ravie !
Apolline aussi !






« Mon but, ce n’est pas de présenter la réalité tout comme elle est. Je peins des figures chauves et en masque assez souvent, elles sont des armes pour s’isoler du monde, ou des symboles raffinés du courage. Le fabuleux domine mes couleurs et aussi l’ambiance de mes tableaux, même si les thèmes eux-mêmes sont vraiment sévères. Pour représenter des enfants, j’utilise des caractères typiques des adultes et de la vieillesse « avant l’âge », qui montrent ma peur de la secousse de l’âge adulte que je ne peux pas éviter. Les jouets, motifs qui reviennent tout le temps (comme par ex. le cornet, la cabane, la roue, le parapluie, le vêtement des poupées) évoquent le souvenir du jeu vécu sans nuages. Mes figures imaginées ou rêvées représentent toutes, un tout petit peu, mon sort, même si involontairement : l’enfant qui admire tout et qui a en même temps peur de la perte de la merveille, et l’adulte qui veut sauver le monde par son aspect d’enfant. Cette inquiétude intérieure se voit par mes couleurs aussi. Ce sont soit des couleurs calmes de l’équilibre, soit des couleurs violentes des sentiments papillonnants. "




vendredi 18 décembre 2009

MELITTA CSORJAN A L'ANCIEN COLLEGE DES JESUITES DE REIMS

Décembre passe toujours à une vitesse extraordinaire, je n'étais pas sûre d'avoir le temps d'aller voir à l'Ancien Collège des Jésuites l'exposition de MELITTA CSORJAN .....






Hier de nouveau dans mes mails une invitation de Joël Simon :


"Bonjour,

Melitta CSORJAN vient de rejoindre DEBRECEN en Hongrie, mais ses œuvres sont encore exposées à l’Ancien Collège des Jésuites (salle Diderot), et ce jusqu’au 19 décembre, fin du festival « REIMS SCENES D’EUROPE ».
Nous vous invitons à les découvrir, si cela n’est pas déjà fait.
J’ai demandé à Andréa Palowska, étudiante ERASMUS, originaire de Slovaquie et stagiaire à Nova Villa, de commenter l’exposition de Melitta.
Il est tel quel avec la saveur des mots, comme une invitation…
Bien à vous."



et le texte d'Andréa :


"Les œuvres de Melitta sont tout entière subjectif. Elle peint comme elle respire. La plupart de son inspiration vient de l´imaginations dont elle dispose ou il date de son enfance. Melitta, en tant que la petite fille, avait trouvé la petite remise de son grand père où elle a découvert les objects extraordinaire, pour elle, encore inconnu. Cela éveillé le sens artistique Désormais les choses quotidienne lui parlent les histoires qu’elle peint et ils ont devenu son inspirations principale.
Sur le toile encadré par du bois de formes différentes et en couleurs chaudes et riches se passe une vie immense hors de celui réel. Les tableaux atypiques, chantoyants, fantasistes, colorés sont plein de motifs vivants. La plupart des object sur les tableaux a les visages humaines, ce qui peut susciter les sentiments qui nous (même les adultes) mènent dans l´atmosphère de conte de fées, dans notre propre enfance.
Melitta ne vise pas à peintre ni la réalité, ni la beauté. Elle peint impulsivement et spontanément mais toujours avec soi. Grace a l´utilisation de la ligne autour des objects et grâce a cadre du bois elle crée la dimension plastique par lequel on peut tomber encore plus profondément dans le contexte.
La collection de tableaux lequel elle expose a Reims est juste une petite échantillon ce qu’elle fait. Sa création est encore plus riche, et elle s´adresse aussi aux public plus large. Nous pouvons être contente d´avoir la possibilité de découvrir d´autre type de perception du monde artistique et la création par la femme si sensible et si douée. "


Pas facile de passer après FERO LIPTAK, ai-je pensé .....
J'avoue que le tableau présenté sur l'affiche n'avait pas déclenché chez moi l'envie d'aller voir, l'envie d'aller plus loin.
Il ne restait que deux jours pour profiter de l'exposition et malgré la neige abondante sur Reims aujourd'hui j'ai traversé la ville
J'ai eu raison !

VÉRITABLE COUP DE COEUR !!!!


Hélas il ne reste que demain samedi 19 décembre 2009 de 14 à 18 heures pour découvrir l'univers de MELITTA CSORJAN !



... et puisqu'il n'y a pas d'âge pour visiter les expositions voici ARNAUD dans les bras de sa maman PAULINE (vous savez c'est elle que j'ai rencontrée à la dédicace d'Amélie Nothomb !)