Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

mardi 20 février 2018

GROS PLANS SUR LE JARDIN ROSA MIR A LYON


"Ce jardin est composé d'un ensemble de colonnes et de traverses décorées de milliers de coquillages dispersés savamment en alternance avec des pierres qui tapissent l'ensemble des surfaces.
L'ensemble ne fait pas plus de 400 m2 mais le dépaysement y est total, on y reconnait l'inspiration espagnole, en particulier les structures à la Antoni Gaudí de Barcelone, comme le parc Güell ou la Sagrada Família.
L'originalité de ce jardin évoque souvent pour les visiteurs l'œuvre du facteur Cheval, bien qu'ici on a davantage affaire à un savant mélange d'art floral et de structures décorées mariant finement le minéral et le végétal".




















LE SITE DU JARDIN

SUR WIKIPEDIA

 UN ARTICLE

 SUR ONLYLYON

 (cliquer)

Visite du jardin

Tous les samedis de 14h à 17h30.
du 1er avril au 31 octobre.

En 1983, du vivant de Jules Senis, des amis et admirateurs créent l'association pour l'aider à préserver son oeuvre. Le but de l'association est la sauvegarde et la promotion du site.

Association des amis du jardin Rosa Mir

 87, grande rue de la Croix Rousse
69004 lyon

Les contacter
par e-mail


 LE JARDIN se trouve 
83 grande rue de la Croix Rousse
69004 lyon

lundi 19 février 2018

LE JARDIN ROSA MIR A LYON


Encore une superbe visite faite lors de LA BIENNALE HORS NORME de septembre 2017 :  
LE JARDIN  ROSA MIR
Il faut dire que le fabuleux et gaudien jardin était fermé depuis 2013 et qu'il a réouvert  après restauration en avril 2017 et que mes différents Périples n'avaient pu rendre ctte visite possible.

"Le jardin Rosa Mir est aménagé dans une cour intérieure d'un immeuble de la grande rue de la Croix-Rousse.
Il a été créé par Jules Senis (1913-1983), un artisan maçon carreleur, réfugié de la guerre d'Espagne. Il a consacré les vingt dernières années de sa vie à la création d'un jardin « extraordinaire » dédié à sa mère Rosa Mir Mercader, ainsi qu'à la Vierge Marie (un autel lui est dédié).
Dans les années 1950, Jules Senis était atteint d'un cancer de la gorge. Après plusieurs mois de soins, Il fit le vœu de construire un jardin lorsqu'il sortirait de l'hôpital. Le jardin Rosa Mir est ce jardin qu'il avait rêvé." 























"Jules Senis est né en Espagne à Burjasot dans la région de Valence en 1913. Formé à la rigoureuse école du compagnonnage, il devient artisan maître maçon, respectant ainsi une tradition familiale de 4 générations. Engagé du côté républicain pendant la guerre d'Espagne, il se résout, fuyant le Franquisme, à se réfugier en France en 1947. En 1951, il arrive à Lyon, avec sa femme et ses deux fils, s'installe à la Croix-Rousse et crée une entreprise de maçonnerie et carrelage. Atteint d'un cancer de la gorge en 1952, il bénéficie d'une rémission inattendue après 3 ans d'hospitalisation et fait le voeu de créer le jardin. Sa détermination à faire aboutir le projet l'aide à surmonter cette épreuve. La structure architecturale est marquée par les lieux d'Espagne sur lesquels Jules Senis a travaillé : l'Espagne du créateur, multiculturelle et républicaine, l'Alhambra de Grenade, la basilique de Montserrat en Catalogne, l'architecte Gaudi, le "constructeur" de Barcelone, le créateur du parc Güell et de la Sagrada Familia. Appartenant à la Ville de Lyon, ce jardin atypique réouvre après 5 ans de rénovation avec le concours de Frédéric Reynaud, architecte paysagiste. Près de 450 végétaux ont été plantés dans les vasques supérieures et 4000 joubarbes ont trouvé place dans les coquilles Saint-Jacques. A côté des 750 vivaces, le promeneur découvre une palette impressionnante de 5000 plantes importées de Méditerranée."


LE SITE DU JARDIN

SUR WIKIPEDIA

 UN ARTICLE

 SUR ONLYLYON

 (cliquer)

Visite du jardin

Tous les samedis de 14h à 17h30.
du 1er avril au 31 octobre.

En 1983, du vivant de Jules Senis, des amis et admirateurs créent l'association pour l'aider à préserver son oeuvre. Le but de l'association est la sauvegarde et la promotion du site.

Association des amis du jardin Rosa Mir

 87, grande rue de la Croix Rousse
69004 lyon

Les contacter
par e-mail


 LE JARDIN se trouve 
83 grande rue de la Croix Rousse
69004 lyon

dimanche 18 février 2018

LE PRIEURE DE SERRABONNE

Sans aucun doute LA plus belle visite de ce mois de septembre !
L'inoubliable splendeur du  PRIEURE  DE SERRABONNE.

A NE PAS MANQUER !










































"Le prieuré de Serrabona, fondé au début du XIéme siècle, est situé dans le département français des Pyrénées-Orientales en région Occitanie, à une trentaine de kilomètres de Perpignan, dans le massif des Aspres sur les contreforts orientaux du massif du Canigou.
Il est situé à proximité des gorges du Boulès, et demeure encore aujourd'hui d'accès difficile.
Il est surtout connu pour sa tribune en marbre, datée du XIIe siècle.

L’ÉGLISE

L'église actuelle est formée par la nef de l'église antérieure (celle de la mention de 1069), à laquelle fut adjoint un collatéral, un transept, une galerie de cloître et les absides lors des travaux d'agrandissement du XIIe siècle. C'est cet édifice, consacré en 1151, que l'on peut voir aujourd'hui. Cependant, toute la partie occidentale, effondrée au début du XIXe siècle, a été refaite dans les années 1950-1960. La façade ouest a alors été dotée d'une baie bien trop large par rapport aux autres ouvertures de l'église.
Au chevet, les deux absidioles du transept ne sont pas visibles car intégrées au massif de l'édifice, par contre l'abside centrale est bien visible.
La nef est voûtée en berceau brisé et le collatéral en demi-berceau. Les deux vaisseaux communiquent entre eux par deux arcades percées dans le mur les séparant (mur faisant partie de l'édifice du XIe siècle). Les trois absides sont voûtées en cul-de-four.
Il reste peu de choses de la décoration intérieure en dehors de la tribune, si ce n'est des traces de fresque sur le mur sud de la nef.

LE CLOITRE

Il est accolé au côté sud de l'église, et ses arcades ouvrent sur le ravin à proximité du prieuré. Un petit jardin s'étend à son pied, sur une des terrasses ménagées pour soutenir le prieuré. Ses arcades sont ornées de colonnes et de chapiteaux en marbre.
La galerie possède encore un enfeu dans lequel subsistent des traces de fresque.

LA TRIBUNE

Elle a été réalisée avec du marbre rose provenant des carrières de Bouleternere, cette découverte se fit grâce à un incendie qui mis au jour une veine de marbre qui après examen géologique s’avérera être le même que celui du prieuré. Ce marbre orne de nombreuses autres églises romanes des environs.
Elle est située à peu près au milieu du vaisseau central. On peut remarquer quelques non-ajustements dans l'assemblage des blocs et des sculptures la constituant : cela résulte dans le fait qu'ils ont probablement été taillés avant d'être assemblés dans l'église même, ce qui a alors nécessité des ajustements de dernière minute.
La tribune a une forme à peu près rectangulaire de 5,60 x 4,80 mètres pour une hauteur avoisinant les 3 mètres. Une balustrade domine cet ensemble sur une hauteur d'environ 1,50 mètre. Il est à noter que les croisées d'ogives présentes sous la tribune ne sont en aucun cas une forme primitive de voûte gothique : elles ont ici un rôle purement décoratif, afin de cacher la voûte d'arête les surplombant sans jamais les toucher.
Une telle tribune est une forme architecturale rare : seule l'abbatiale de Cruas en présente une de cette époque.


SUR WIKIPEDIA

UN LIEN

(cliquer)


Septembre 2017