Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

vendredi 29 juillet 2011

DEUX JABER POUR MOI !

Merci à MICHEL LEROUX  pour ces deux cadeaux !


... Et que JABER envahisse le monde !

http://www.monsieurjaber.com/

mercredi 27 juillet 2011

RAYMOND LOEWENTHAL PHOTOGRAPHE















"A la recherche de traces,de souvenirs incertains gravés dans des murs défaits, du temps suspendu d’une histoire ancienne, de l’inattendu dans la banalité des arrière – cours. Mais aussi des jaillissements d’un regard, des forces de vie qui bouleversent un visage , des tristesses tendres et des violences acides qui déchirent les masques,des secrets retenus , des jubilations d’être. Géométries imprévues aux lignes brisées , palettes de hasard ,où s’ unissent nuances douces et stridences colorées , jaillissements métalliques aux odeurs de rouille ,passants des villes cernés du chant des murs éclatants. " 


http://www.raymondloewenthal.com/

(Ces photos ne sont pas libres de droits )

mardi 26 juillet 2011

lundi 25 juillet 2011

LE GATEAU D'ISABELLE

Isabelle me fait partager ses envies, ses coups de coeur, ses découvertes et c'est pour cela que je l'aime aussi !





" L'école d'art du Beauvaisis organise des ateliers d'une journée à la Maladrerie, ouverts à tous, petits et grands, avec ou sans pratique artistique.
Celui du dimanche 15 mai avait pour thème "sculpteurs-pâtissiers du dimanche".
Dans ce cadre magnifique, chacun était invité à " imaginer, créer un banquet sur table dressée qui sera à déguster des yeux et figé par l'objectif photographique des apprentis sculpteurs-pâtissiers de l'atelier" .
" La journée (de 10h à 17h) passe très vite dans l'effervescence de l'invention et de la fabrication à l'aide de matériaux variés (papiers et cartons de toutes les couleurs, vrais bonbons, fil de fer etc).
Avec les conseils de 2 enseignantes de l'école, on essaie, on recommence, on coupe, on tord, on colle, on agrafe, on peint si on veut... puis arrive le résultat final avec la séance photos et l'observation des oeuvres des autres participants, avec la surprise d'avoir réalisé quelque chose qu'on n'aurait jamais fait seul et surtout l'impression de s'être bien amusé !"


Moi j'aime !

dimanche 24 juillet 2011

GLADYS HULOT



http://www.gladyshulot.com/

et GLADYS HULOT sur LES GRIGRIS :
http://lesgrigrisdesophie.blogspot.com/2009/10/gladys-hulot.html

vendredi 22 juillet 2011

ELFI ET LA CATHEDRALE DE REIMS


Une photo superbe de la CATHÉDRALE DE REIMS prise par ELFI .....
Et son blog à découvrir ou retrouver avec bonheur :

                                                              http://elf2mani.blogspot.com/


jeudi 21 juillet 2011

L'INAPERCU DE SYLVIE GERMAIN


" Quand la mort fait intrusion si subitement dans l'ordinaire du temps, elle provoque un séisme, le temps à la fois se fige et se désheure, le quotidien se trouve frappé d'inanité, la réalité semble s'évider de toute substance, de toute vraisemblance, par excès même de factualité. Il n'en faut pas moins se colleter avec cette réalité brute et en crue, aussi somnambulique soit l'état dans lequel tombe les endeuillés."

mercredi 20 juillet 2011

POUR CAROLYN CARLSON



Pourquoi peindre
mon coeur
sur cette porte,
sur un coeur peint
on ne perçoit rien
d'essentiel
ouvrir la porte
et mon coeur suivra
Le dernier oiseau
Dans la sobriété de l'ombre
la douceur
de cette fuite
est essentielle




Pierre Shasmoukine




mardi 19 juillet 2011

BROCANTE DE MAI .....





.....et dans une boîte d'allumettes un trésor d'autrefois ...de vieilles photos qui trouveront place dans mes GRIGRIS ou dans les vitrines d'APOLLINE !


lundi 18 juillet 2011

UN PEU D'ART BRUT AU MUSEE DEPARTEMENTAL BRETON DE QUIMPER !

 Le Musée, installé dans l'ancien Palais des Évêques de Cornouaille, le plus remarquable monument de Quimper après la Cathédrale, présente une synthèse de l'archéologie, des arts populaires et des arts décoratifs du Finistère. Il constitue ainsi une excellente introduction à la découverte du département. Y sont présentées de très riches collections d'archéologie, d'art ancien et d'art populaire. 2 étages sont consacrés aux traditions et arts bretons : costume, mobilier, faïence de Quimper. Le circuit s'achève par une rétrospective de la faïence quimpéroise, qui mène aux salles d'expositions temporaires (Appartement Art Déco jusqu'en décembre 2011 dont je parlerai bientôt ).

Et c'est donc là que j'ai découvert  des faux et canes décoratives (en bois sculpté au couteau en ajours datant des années 1940-1950 )








"Ces objets décoratifs furent sculptés par un patient de l'Hôpital psychiatrique Lezvelec de Saint Avé prés de Vannes .
On connaît quelques exemples de la faux dont le décor se référe à la mort faucheuse des hommes: le serpent et la clef du Paradis, le biniou instrument du diable et la femme (bretonne en coiffe) priant pour le salut des âmes . "



http://www.museedepartementalbreton.fr/photos

Musée Départemental Breton

1 rue du Roi Gradlon
29000 Quimper

dimanche 17 juillet 2011

LES CERFS DE VERONIQUE MUTSCHLER

Une découverte Télérama et les cerfs de Véronique Mutschler pour ma collection !




(Linogravure inspirée du roman d'Orson Scott Card : " Espoir du cerf ")

Et son site à découvrir :

http://wizzz.telerama.fr/muts

http://wizzz.telerama.fr/muts/photos/5721934618

http://v.muts.pagesperso-orange.fr/

samedi 16 juillet 2011

vendredi 15 juillet 2011

L'ABBAYE D'ALCOBACA AU PORTUGAL

Au coeur de l'Estrémadure portugaise, le monastère de Santa Maria d'Alcobaça s'élève en joyau de l'art cistercien ... une splendeur à visiter !






mercredi 13 juillet 2011

"LE MAUVAIS SANG" de TCHICAYA U TAM'SI

Lu dans « Le mauvais sang » de TCHICAYA U TAM’SI




Effeuille ainsi la fleur
Les miroirs s’embueront
au jeu des balafons
Où l’eau crève un noceur

Il avait pris la vie
Par le mauvais côté
Des chairs de nouveau-né
Qui puent fort le gri-gri

et c’était hibiscus
ou fleur d’eucalyptus
effeuille effeuille effeuille

Ell’ me prend dans ses bras
-rue mon fou –chèvrefeuille
-mon cœur en éclata …

lundi 11 juillet 2011

DES CERFS DANS" UNE VEILLEE SINGULIERE " ...

Dans le cadre de Méli' Môme cette année j'ai découvert "Une veillée singulière" ...une belle histoire, des acteurs excellents et ... mon animal fétiche !








" La veillée, la façon la plus simple, la plus directe de se réunir, que ce soit les habitants d’un village ou le public d’un théâtre.
Construire d’abord une scénographie qui raconte quelque chose de la rencontre : Nous montons notre petit gradin. Le public nous aide à installer l’entourage des rideaux rouges. Exactement comme un petit chapiteau sans toit.
Sur scène, il y a Hadi Boudechiche et Claire Latarget tous les deux autour d’un coffre en bois. Ils ne se sont pas revus depuis 25 ans. La malle contient leurs souvenirs de leurs vacances passées ensemble. C’était dans un grand domaine aujourd’hui disparu.
Ils sont là, ce soir, pour ouvrir la malle.
Dans la malle : des bricolages fabriqués avec Papy-Tonton. Mais qui est ce vieux monsieur, ni grand-père, ni oncle ? Un retraité, ancien préhistorien, spécialiste des grottes peintes. Il apprend aux enfants comment les hommes préhistoriques faisaient du feu…
Cette malle est un héritage !
Au fond de la cave du Domaine dans l’atelier de Papy-Tonton, il y a un passage secret qui mène à une grotte ornée. La plus belle des grottes peintes jamais découverte, même plus belle que Lascau. Cette malle est la clef !
Ces deux conteurs nous font revivre le temps de l’enfance. C’est un spectacle de grande proximité, qui joue du vrai et du faux, de l’imaginaire et du réel, du passé et du présent.
En sortant du spectacle : les parents siffle « Caravan » de Duke Ellington et les enfants veulent apprendre à faire du feu comme leurs arrière, arrière, arrière... grand-parents."
Christian Carrignon






http://www.theatredecuisine.com/dyn/spip.php?article394

http://www.theatredecuisine.com/dyn/spip.php?mot258

http://www.nova-villa.com/spectacles-sedan.html


Théâtre de Cuisine - Friche La Belle de Mai
41, rue Jobin - 13003 MARSEILLE

samedi 9 juillet 2011

" MICHEL ANGE FACE AUX MURS" D'ARMAND FARRACHI

Pour Jean-Yves Jouannais ...

LU DANS « MICHEL ANGE FACE AUX MURS » D’ARMAND FARRACHI
 (l’un et l’autre Gallimard)




…. « Ainsi Emile Littré , depuis l’enfance jusqu’à son dernier souffle, accablé de douleurs, perclus de fatigue, plongé dans la dépression , le cauchemar ou l’insomnie, s’occupait à lutter contre tant de maux en consacrant sa vie au travail acharné, opiniâtre, plutôt qu’à l’oisiveté qui libère les démons, exacerbe la souffrance et prolonge l’ennui, étudiant tout ce qu’il pouvait, la médecine puisqu’il souffrait, la philologie puisqu’il parlait , la philosophie puisqu’il pensait, s’obligeant aux recensements les plus longs, les plus ardus, les plus ingrats, pourvu qu’il y faille une assiduité sans répit, sans distraction, que s’y absorbe tout son temps, ses jours, ses nuits, transformant l’inutile insomnie en pages et la triste vie en œuvre comme le plomb en or , ne rédigeant pas seulement un immense dictionnaire qui incluait l’étymologie, l’histoire, la prononciation , des centaines de milliers d’exemples pris à six cents auteurs avec leurs références, mais encore l’Analyse raisonnée du cours de philosophie d’Auguste Comte, l’Histoire naturelle de Pline, des articles quotidiens au Journal des savants à la Revue de philosophie , une histoire de la langue avec son supplément, une histoire littéraire, avec sa suite, quantité de « fragments », « paroles » , « origine », »glanures »….s’astreignant encore aux traductions complexes ,touffues, longues, anciennes, difficiles, dix volumes d’Hippocrate, l’Iliade, la Divine comédie, mises non dans le français ordinaire qui vient sans peine, mais dans la pseudo « langue d’oïl » médiévale qu’il invente, où chaque mot impose un effort, une recherche, une tension contre l’usage courant, le simple, le fluide, le spontané, une langue incompréhensible qu’il faudrait, comme il le reconnaît lui-même, traduire à nouveau, comme Joyce le fit aussi dans Finnegans Wake, et lorsqu’il ne travaillait pas, il restait prostré, hébété, stupide, immobile et muet, pour ainsi dire « comme mort » lui aussi . »

vendredi 8 juillet 2011

LES BOUTONS DE RENEE





Les brocantes recèlent des trésors ....aujourd'hui j'ai acheté un nombre incalculable de boutons à deux dames charmantes.
Ce sont les boutons de RENEE  et ils me plaisent beaucoup !

jeudi 7 juillet 2011

SCARLETT O'HARA


LA PESTE MAGNIFIQUE









LE COCKTAIL DE L'ETE




3 cl de southern comfort
2 cl de jus de citron
5 cl de jus de cranberry

Préparez la recette du Cocktail Scarlet O'Hara au shaker. Frapper avec des glaçons et verser dans le verre contenant quelques glaçons.
Décor : Une lanière de citron vert et une cerise confite.

mercredi 6 juillet 2011

LE FEUILLETE DE SAUMON D'AGATHA CHRISTIE



« Le poissonnier vous a encore eue, ma chère, disait-elle.
Il n’est pas frais, ce poisson. Vous ne l’avez pas testé avec le doigt comme je vous avais expliqué. Il faut le tâter, regarder l’œil, lui mettre le doigt dans l’œil.
Je considérai le poisson avec circonspection.
Lui mettre le doigt dans l’œil me paraissait quelque peu cavalier.
Posez le debout sur sa queue, aussi, pour voir s’il s’affaisse ou s’il se tient. »







FEUILLETÉ DE SAUMON

Ingrédients :

-1 pâte feuilletée
-300g de saumon frais
-20 g de chair à saucisse
-20 g de pain de mie
-4 brins de persil
-3 ou 4 oignons nouveaux
-1 jaune d’œuf
-sel, poivre



Dans une casserole pleine d’eau salée, mettez le saumon à pocher environ 10 minutes, à gros bouillons.
Pendant ce temps, épluchez les oignons et passez-les au mixeur ainsi que le persil.
Joignez-y la mie de pain, la chair à saucisse, sel, poivre et hachez à nouveau le tout, pour former une purée homogène.
Ajoutez le cas échéant un peu de court- bouillon pour que le mélange ne soit pas trop sec.
Lorsque le saumon est cuit, égouttez-le puis découpez des morceaux de taille moyenne, et réservez.

Découpez dans la pâte brisée deux morceaux en forme de poisson, puis disposez sur l’un deux une couche de farce, les morceaux de saumon cuit pour une seconde couche, puis encore une couche de farce. Terminez en refermant le feuilleté avec l’autre morceau de pâte et soudez bien les bords.
Vous pouvez vous amuser à découper dans les chutes de pâte un morceau pour la queue, un pour la nageoire et un pour l’œil du poisson.
Préchauffez le four à 220° (th 7/8).
Badigeonnez la pâte avec un jaune d’œuf puis enfournez le poisson dans un plat à four beurré.
Au bout de 20 minutes, baissez la température à 150° (th 5) et laissez cuire encore 10 minutes.

Dégustez chaud ou froid.

mardi 5 juillet 2011

L'OGRE DE MOSCOVIE DE VICTOR HUGO


Un ogre des bois était amoureux d'une fée.
Il décida de lui rendre visite.
La fée avait un fils, on les laissa tout seuls dans l'antichambre.
Comment passer le temps quand il neige, et quand on n'a personne avec qui dire un mot ? L'ogre se mit alors à croquer le marmot.


Bon conseil aux amants
L'amour fut de tout temps un bien rude Ananké.
Si l'on ne veut pas être à la porte flanqué,
Dès qu'on aime une belle, on s'observe, on se scrute ;
On met le naturel de côté ; bête brute,
On se fait ange ; on est le nain Micromégas ;
Surtout on ne fait point chez elle de dégâts ;
On se tait, on attend, jamais on ne s'ennuie,
On trouve bon le givre et la bise et la pluie,
On n'a ni faim, ni soif, on est de droit transi ;
Un coup de dent de trop vous perd.
Oyez ceci :Un brave ogre des bois, natif de Moscovie,
Était fort amoureux d'une fée, et l'envie
Qu'il avait d'épouser cette dame s'accrut
Au point de rendre fou ce pauvre coeur tout brut :
L'ogre, un beau jour d'hiver, peigne sa peau velue,
Se présente au palais de la fée, et salue,
Et s'annonce à l'huissier comme prince Ogrousky.
La fée avait un fils, on ne sait pas de qui.

Elle était ce jour-là sortie, et quant au mioche,
Bel enfant blond nourri de crème et de brioche,
Don fait par quelque Ulysse à cette Calypso,
Il était sous la porte et jouait au cerceau.
On laissa l'ogre et lui tout seuls dans l'antichambre
.Comment passer le temps quand il neige en décembre.
Et quand on n'a personne avec qui dire un mot ?
L'ogre se mit alors à croquer le marmot.
C'est très simple. Pourtant c'est aller un peu vite,
Même lorsqu'on est ogre et qu'on est moscovite,
Que de gober ainsi les mioches du prochain.
Le bâillement d'un ogre est frère de la faim.
Quand la dame rentra, plus d'enfant. On s'informe.
La fée avise l'ogre avec sa bouche énorme.
As-tu vu, cria-t-elle, un bel enfant que j'ai ?
Le bon ogre naïf lui dit : Je l'ai mangé.
Or, c'était maladroit. Vous qui cherchez à plaire,
Jugez ce que devint l'ogre devant la mère
Furieuse qu'il eût soupé de son dauphin.
Que l'exemple vous serve ; aimez, mais soyez fin ;
Adorez votre belle, et soyez plein d'astuce ;
N'allez pas lui manger, comme cet ogre russe,
Son enfant, ou marcher sur la patte à son chien.


Et moi j'entends JULOS chanter ....JULOS BEAUCARNE bien sur !

lundi 4 juillet 2011

MON CAPTEUR DE REVES

Mon amie Marie-Christine m'a rapporté des Etats-Unis un cadeau plumeux, soyeux et merveilleux qui a pris place au dessus de mon lit !




Le capteur de rêves conserve les belles images de la nuit et brûle les mauvaises aux premières lueurs du jour...




Et pour lire la légende huronne des capteurs de rêves reportez vous à  :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Attrapeur_de_r%C3%AAves
 

samedi 2 juillet 2011

LA MAITRESSE DES EPICES DE CHITRA BANERJEE DIVAKARUNI




« Ah, l’attrait de ce danger !
Ils m’aiment parce qu’ils sentent que je comprends cela. Ils me détestent aussi un peu pour la même raison.
Et puis, il y a les questions que je pose. A la femme dodue vêtue de caleçons en polyester qui peluche et d’une tunique achetée chez Safeway , les cheveux rassemblés en un chignon serré, qui se penche au-dessus d’un petit monticule de piments verts qu’elle choisit avec le plus grand sérieux : « Est-ce que votre mari a retrouvé du travail depuis le licenciement ? »
A la jeune femme qui entre en coup de vent avec un bébé sur la hanche pour acheter de la poudre de dhania jîra : « Le saignement, ça fait encore mal, vous voulez quelque chose qui soulage ? ».
Je vois la secousse électrique, la même à chaque fois, se propager dans leur corps .Je pourrais presque en rire, si la pitié ne me tiraillait pas tant. Les traits de leur visage tressautent comme si j’avais posé les mains sur l’ovale délicat de la mâchoire et de la pommette pour les tourner vers moi.
Alors que, bien sûr, je n’en ai rien fait.
Il n’est pas permis aux maîtresses de toucher ceux qui viennent à elles.
De bouleverser le mécanisme fragile du donner et du recevoir qui règle nos vies de façon si précaire. »

vendredi 1 juillet 2011

L'ESPACE LOUIS JOUVET A RETHEL

Conquise par l'affiche bien sûr ....forcément conquise !
Ce cerf jardinier ...pour Hélène ou pour Sophie ???