Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

lundi 30 septembre 2013

AU JARDIN D'HELENE LES 4, 5 ET 6 OCTOBRE 2013




Venez vous ressourcer au Jardin d'Hélène, dans une ancienne gare du nord, pour partir à l'aventure et découvrir un monde fascinant :

 Le monde des plantes sauvages comestibles.

 Les saveurs vagabondes sont infiniment variées, nous sommes donc très loin d'une cuisine triste et austère.
Bien au contraire, la cuisine des plantes est joyeuse, remplie d'énergie et d'émerveillements, c'est une alimentation vivante qui par conséquent nous ressource.

Les stages au Jardin d'Hélène vont vous permettre d'étonner vos convives avec des recettes originales, attrayantes et faciles à réaliser. En partant à la découverte des plantes sauvages, vous allez apprendre à les reconnaître dans leur milieu, les identifier simplement avec vos cinq sens, vous allez apprendre à les récolter et à les transformer en pesto, dolmades, quiche, cake, gratin, infusions, boissons...

Riches pour notre santé, les plantes sauvages sont d'une qualité nutritive supérieure à celles des plantes cultivées, elles enrichissent notre alimentation par leurs teneurs en vitamines, minéraux, acides aminés sans compter sur leurs vertus médicinales et les légendes qui les entourent. En vous livrant leurs secrets, la bardane, le lierre terrestre, le sureau, le gaillet, le plantain, l'aspérule odorante...( la liste est longue) vous permettront d'égayer votre vie.

Déroulement type d'une journée de stage :

rendez-vous à 9 h 30,
départ pour la cueillette des plantes et des baies comestibles,
élaboration du repas en fonction des plantes récoltées,
dégustation des mets préparés,
promenade  pour approfondir ses connaissances, apprendre à récolter les plantes pour les utiliser une fois séchées.
Sur ce stage, vous apprendrez à faire du pain au levain naturel..

Se munir de bottes ou de bonnes chaussures de marche, d'un cahier, possibilité de faire un herbier.
Tarifs 75 euros/ pers , possibilité d'organiser un stage pour un groupe d'amis en fonction de mes disponibilités.

Possibilité d'hébergements et d'aller vous chercher à la gare de Saint Quentin(02)


***Ce stage sera suivi d'une conférence sur les huiles essentielles le dimanche 6 octobre 2013


                 
DE 9H30 à 17h30
   
Approche des huiles essentielles pour une meilleure utilisation au quotidien.
Savoir les conseiller, Quand? Comment? Pourquoi?
Étude plus approfondie de 12 huiles essentielles intéressantes pour former une trousse de secours.

Accueil des participants à 9 heures 30, possibilité de déjeuner sur place 
(chacun apportant un petit plat salé ou sucré),  afin de pouvoir faire connaissance et d'échanger nos expériences.  
 Prix: 60 Euros/pers la journée( facture possible)


Le jardin d'Hélène
Ancienne gare de Proisy
tel : 03 23 60 24 34
 http://lejardindhelene.blogspot.fr/


 (photo Blandine Taillandier)


D'autres thèmes sont à venir comme l'olfactothérapie, les pathologies hivernales, cette journée va permettre d'acquérir des bases solides pour continuer à explorer l'aromathérapie en profondeur, n'hésitez pas à me contacter pour en savoir plus ....


dimanche 29 septembre 2013

DEUX SAMEDIS A LA HALLE SAINT PIERRE : LEONORA CARRINGTON ET MAX JACOB ...



C'est par mon beau-frère PATRICK LEPETIT   (auteur du livre " Le parcours souterrain" - cliquer sur ce lienque j'ai connu MELAINE FAVENNEC d'abord puis LEONORA CARRINGTON ...
Qu'il soit ici remercié pour ces deux découvertes importantes dans ma vie ...

En octobre,  le samedi 5 puis le 19 LA HALLE SAINT PIERRE  rend hommage à la grande LEONORA CARRINGTON  puis à MAX JACOB ...

Deux rencontres à ne pas manquer !


**** Rencontre autour du texte EN BAS de LEONORA CARRINGTON
 
Samedi 5 octobre de 17h à 19h
Halle saint Pierre – auditorium (entrée libre)
Réservation conseillée : 01 42 58 72 89
Avec l’amicale présence
d’Annie Le Brun





[…] Seule peut-être, fragile et violente, éperdue, Léonora Carrington aura réussi à aller puiser au fond de sa détresse la force de dire l’indicible. […]
[…] Leonora est jeune, elle est splendidement libre et follement amoureuse de Max Ernst comme il l’est d’elle. Oublieux du monde, voilà deux ans qu’ils vivent à Saint-Martin d’Ardèche, sans prêter attention aux lueurs de catastrophe qui les cernent de plus en plus, alors qu’ils continuent à avancer de plain-pied dans leur rêve, jusqu’à ce jour de mai 1940, où la gendarmerie française vient arrêter Max Ernst, précipitant Leonora dans un abîme intérieur d’autant plus terrifiant qu’elle ne va plus pouvoir le différencier du chaos de l’Europe en guerre.
L’extraordinaire pourtant est qu’à l’inverse de la plupart emportés par le vertige de telles profondeurs, elle va en revenir mais aussi qu’elle saura en témoigner comme personne encore. […]
***
Leonora Carrington (1917-2011)
peintre, sculptrice et écrivaine surréaliste
Leonora Carrington, muse des surréalistes est née le 6 avril 1917 dans une riche famille industrielle anglaise, elle est décédée à Mexico le 25 mai 2011, où elle s’était établie définitivement à partir de 1942 et liée d’amitié avec le futur Prix Nobel Octavio Paz et la peintre Frida Kahlo.

" Le monde que je peins, je ne sais pas si je l’invente, je crois plutôt que c’est lui qui m’invente."







( Ces photos ne m'appartiennent pas et ne sont pas libres de droit - photos facebook)

*** Max Jacob sa vie son œuvre
par Eric Sivry
et Mélaine Favennec, chant

samedi 19 octobre de 15 h à 17h

Halle Saint Pierre – auditorium (entrée libre)
réservation conseillée : 01 42 58 72 89
participation libre
Hommage à Max Jacob dans le cadre du 7ème Festival des Poètes à Paris
du 15 au 19 octobre 2013




Max Jacob est un poète, romancier, essayiste, épistolier et peintre français, né le 12 juillet 1876 à Quimper, mort le 5 mars 1944, alors qu’il était emprisonné au camp de Drancy (Seine-Saint-Denis). Il a côtoyé les plus grands artistes de son époque. Il était notamment l’ami de Picasso, qu’il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire, Modigliani et aussi de Jean Moulin qui prend le pseudonyme de Max dans ses activités de résistant.
L’article de Paul Éluard Max Jacob assassiné, publié peu après sa mort, présente ainsi le poète :
« Après Saint-Pol-Roux, Max Jacob vient d’être assassiné par les nazis. Comme Saint-Pol-Roux, Max Jacob a eu contre lui son innocence, innocence : la candeur, la légèreté, la grâce du cœur et de l’esprit, la confiance et la foi. La plus vivace intelligence, la véritable honnêteté intellectuelle. Il était, avec Saint-Pol-Roux, un de nos plus grands poètes.
Né le 11 juillet 1876, à Quimper-Corentin, Max Jacob, qui vint de bonne heure se fixer à Paris, s’était lié avec les poètes et les peintres les plus ardents et les plus audacieux de notre temps. On a pu dire de lui qu’il fut non seulement poète et peintre, mais précurseur et prophète : son œuvre si diverse, où l’ironie laisse toujours transparaitre la plus chaude tendresse et la sensibilité la plus fine, marque une véritable date dans la poésie française. Depuis Aloysius Bertrand, Baudelaire et Rimbaud, nul plus que lui n’avait ouvert à la prose française toutes les portes de la poésie. Entre les poèmes en prose du Cornet à dés et les poèmes en vers du Laboratoire Central, entre les Œuvres Mystiques et Burlesques du frère Matorel et Le Terrain Bouchaballe, la poésie occupe le domaine entier de la vie parlée, dans la réalité, et en rêve. »
— Paul Éluard





Mélaine Favennec empoigne les textes de Max Jacob avec son talent de folk singer et transforme ses poèmes en chansons: des ballades folk rock, des blues celtes où zigzaguent entre les lignes Dylan Thomas, Donovan, Lennon et bien-sûr Bob Dylan.
Melaine s’est approché au plus près de la respiration poétique de Max Jacob. Une simplicité qui est le fruit d’une patiente recherche autour de la musicalité des mots au fil de nombreux concerts avec ce répertoire.
Ce nouvel album s’intitule « émoi des mots ».
Melaine Favennec a choisi une quinzaine de poèmes extraits de plusieurs livres dont le célèbre « cornet à dés » tous évoquent la Bretagne.








*** Les bretons, eux, auront la chance de retrouver MELAINE  FAVENNEC
le dimanche 27 octobre à 19 heures
à l'Autre-Rive , Berrien (29)
http://autrerive.hautetfort.com
Réservation conseillée tél 02 98 99 72 58


LE SITE DE LA HALLE SAINT PIERRE

(cliquer sur le lien)



samedi 28 septembre 2013

LA DANSE DES GRAND-MERES DE CLARISSA PINKOLA ESTES

J'ai déjà mis en ligne plusieurs extraits de ce bel ouvrage mais c'est aujourd'hui les notes que j'aimerais vous livrer ....



Comadre 
En espagnol, ce terme signifie à quelque chose prés : "Je suis ta mère et en même temps tu es ma mère." Il sert à décrire une relation de grande proximité entre des femmes qui veillent les unes sur les autres, sont à l'écoute les unes des autres et s'apportent des enseignements mutuels . Et ce, d'une manière qui toujours inclut l'âme, et souvent l'évoque, quand elle ne s'adresse pas directement à elle.

Khaleh 
Des iraniennes qui étudiaient avec moi m'ont appris il y a longtemps ce terme, qui décrit un lien d’affection familial ou une affinité psychique avec une autre personne . Il est à peu près l'équivalent de cet autre mot magnifique que j'ai mentionné plus haut comadre .
Dans  les deux cas, il s'agit d'amies très proches qui ont des liens d'affection et jouent un rôle maternel l'une envers l'autre. Elles s'honorent et se protègent mutuellement, se font confiance, se réconfortent et se guident dans différents domaines de leur vie, la vie du coeur, la vie intérieure secrète, la vie rêvée ...
Que c soit lors d'épisodes de fou rire ou de chagrin intense, en critiquant leurs dernières frasques ou en étant témoins de nouveaux départs vers le large, ou encore en montant sur la plus haute branche pour voir ce qui se passe ... les khaleh et les comadre s'efforcent de s'abriter chacune sous l'aile de l'autre. Chez les femmes, ces efforts sont une bénédiction .


Pour ma soeur, mes belles-sœurs et mes amies si chères ....

... Et pour Danielle bien sûr qui a mis sur son blog aujourd'hui un bien  émouvant message ...

Le voici ...




vendredi 27 septembre 2013

LE SINGULIER BOUDOIR DE BABART A LYON


Et BABART s'en va à Lyon pour la B.H.N. Biennale internationale d'art Hors les Normes !

Impossible pour moi  d'être à Lyon entre le  28 septembre et le  5 octobre alors j'attends avec impatience vos photos et vos impressions !

VERNISSAGE Lundi 30 septembre à 20h00




"Une mairie transformée en boudoir, un cocon rouge et noir ampli de créations brutes, dérangeantes ou poétiques, une librairie « Hors-les Normes »... Entrez dans l'Univers de l'association BABART et découvrez une sélection d'œuvres issues de son Artothèque.
Pour cette 5ème BHN, BABART présente une partie du fond de son Artothèque autour des artistes suivants: Joël Lorand, Evelyne Postic, Marilena Pelosi, Jo Guichou, Huguette Machado- Rico, Christine Bonin, Jean Philippe Durand et Marie Bernadette Bouyer
Des œuvres de Paul Amar seront également exposées en partenariat avec Les Nouveaux Troubadours.
Outre cette sélection, une œuvre de chaque artiste présent dans l'Artothèque sera exposé.   L'association présentera également une librairie spécialisée autour de créateurs Hors- Normes, que l'on pourra consulter en buvant un très bon café torréfié à l'ancienne dans le Gard...."


 Les Artistes :


* HUGUETTE MACHADO-RICO Vit et travaille à Vincennes

« Sans doute chaque tableau d’Huguette Machado-Rico est-il un petit poème dédié au bonheur de peindre, une petite musique de vie heureuse… mais c’est aussi là qu’on voit que le bonheur de l’expression est dans la cohérence d’un langage où les mots et la syntaxe se fécondent et se régénèrent mutuellement, comme au pays des cœurs purs et de leur jardin originel. »
Pierre Souchaud  Avant-propos du livre de la collection Iconofolio





* JEAN-PHILIPPE DURAND Vit à Cholet
Travailleur infatigable, il utilise des techniques où il mixte la peinture acrylique, le crayon et le pastel à l’huile. Ses difficultés psychomotrices ajoutent de la force et de l’émotion à une œuvre qui parle de la souffrance et de la vie. Jean Philippe DURAND, aujourd'hui en maison de retraite dans les Mauges vivait au sein de l'ESAT Arc-en-Ciel à Cholet


* MARIE- BERNADETTE BOUYER Vit et travaille à Cholet
Personnage haut en couleur et plein d’humour, Marie-Bernadette accompagne son travail d’éclats de rire, de jurons sonores et de considérations générales sur le monde. Pourtant l’œuvre qu’elle construit peu à peu, malgré son handicap visuel, nous révèle d’évidence que derrière le masque du clown, se cache toute la gravité de ses interrogations sur sa vie. Cette apparente difficulté à voir derrière ses  épaisses lunettes n’est qu’un leurre : Marie-Bernadette sait peindre    l’invisible.


* CHRISTINE BONIN Vit À CHOLET
Son œuvre, plutôt joyeuse est un journal intime où l’écriture et les teintes chaudes se mêlent en succulentes propositions. Le graphisme est très présent, le trait devient parfois brutal, la couleur se fait plus sourde. Des textes se mêlent au dessin, l’organisation du fond disparaît au profit de la figure.
Jean Philippe DURAND, Chritine BONIN et Marie Bernadette BOUYER, aujourd'hui en maison de retraite, vivaient au sein de l'ESAT Arc-en-Ciel à Cholet et participaient à l'atelier peinture encadré par Jean Boccacino. «  L’animateur ne suggère aucun thème. Il aide chacun à trouver la voie qui lui permettra d’élaborer une œuvre dans ce qu’elle exprime de plus fort, de plus urgent, avec un maximum d’autonomie dans la réalisation. Il n’y a aucune visée thérapeutique, il s’agit essentiellement que chacun découvre (après de longs tâtonnements ou exceptionnellement dès le début), les moyens techniques qui serviront au mieux son expression. »
Extrait du site artelier


* JO GUICHOU Vit et travaille à Nice
« Pour un artiste plasticien tous les matériaux sont nobles et c’est ce qu’il en fait qui est important. Mais personne avant Jo Guichou n’avait songé à la noblesse du chewing-gum et à en tirer partie de si belle manière. Le chewing-gum mâché devient ici matériau d’excellence et révèle des qualités plastiques insoupçonnées. Le gluten durci prend l’aspect de l’ivoire ou de l’albâtre pour donner naissance à de minuscules portraits qu’elle a enfermés dans un premier temps dans de précieuses petites boites. Aujourd’hui Guichou donne à son travail une autre dimension : les personnages de plus en plus nombreux sont mis en scène et composent de véritables tableaux colorés où elle associe poésie et critique sociale pour nous faire naviguer de notre enfance à nos préoccupations bien contemporaines. »
Texte issu d'un article dans Artension 33, janvier-février 2007





* JOËL LORAND Vit et travaille à Alençon
Face à une création de Joël Lorand il faut prendre le temps.  Plonger au cœur de ses personnages, suivre les lignes et courbes , se laisser happer par les regards envoûtants, par les variations de couleurs des crayons de couleurs... « J'ai été pâtissier presque un tiers de ma vie. Je pense q u'il reste qu'il reste dans mon travail un certain savoir-faire  : l'intelligence de la main, la volonté d'arriver à un produit abouti. »*
« Les gens ressentent quelque chose de torturé ou d'agressif dans mon travail : cela me chagrine. La vraie agressivité est dans la vie de tous les jours. Il n'y a chez moi aucune volonté d'agresser les gens. C'est plutôt une défense, celle d'une sensibilité exacerbée » *
Extraits issus d'une interview par Laurent Danchin publiée dans la revue HEY n°10







* MARILENA PELOSI Vit et travaille à Gauville La  Campagne
Quand son père a voulu la marier à un prêtre de la macumba, le vaudou brésilien, Marilena n’a pas dit non. Le lendemain, elle était partie pour toujours. Elle avait à peine dix-neuf ans, et après avoir beaucoup bourlingué et s’être ouvert les ‘portes de la perception’ sur toutes les routes tracées par ses aînés hippies, quelque vingt ans et deux divorces plus tard – un mari businessman, un autre marionnettiste –, elle s’est retrouvée en France, dans la campagne normande, aux environs d’Évreux. C'est là que, cette fois, vivant seule, elle consacre l’essentiel de son temps à l’exploration des images qui la hantent : par la voie du dessin et du coloriage. Un dessin direct, presque enfantin et proche de la ligne claire de la bande dessinée, qu’elle pratique de façon passive, à la manière des médiums aux ordres de l'inconscient, et dont le style très particulier décline en variations infinies le vocabulaire préformé de ses obsessions intimes.
Texte de Laurent Danchin







* EVELYNE POSTIC Vit et travaille à Lyon
Évelyne Postic a une œuvre au trait précis et assuré. Face à celle-ci il faut prendre le temps, se laisser emporter par les lignes et courbes, suivre ces enchevêtrements de formes, car il y a foule de détails à découvrir dans l'antre de ses personnages protéiformes,.
Ses travaux à l'encre sur toile présentés dans le fond de l'artothèque BABART ne sont que la face immergée de l'iceberg, l'aboutissement « temporaire » d'une recherche entamée à la fin
des années 80'.
Vous pouvez également découvrir les créations d'Evelyne Postic et de Marilena Pelosià la Galerie Dettinger-Mayer (Lyon)



 gestation de rêves encre sur toile 38X55cm
 L'homme transparent encre sur toile 55X38cm


* PAUL AMAR Vit et travaille à Paris
Paul Amar est né à Alger en 1919. Ancien coiffeur et chauffeur de taxi, il fait surgir ses visions et exprime son talent créatif dans son appartement d’un HLM parisien. Obsédé par la création d’œuvres grandiloquentes largement inspirées d'influences aussi diverses que le baroque, la religion ou l'art africain, il mélange ces courants artistiques en créant des tableaux grandioses faits de coquillages les plus divers (huîtres, coraux, bigorneaux, moules...) qu'il meule, cisèle et ajoure dans l’une des chambres de sa demeure qui fait office d’atelier.
Vous pouvez découvrir une grande partie de l’œuvre de Paul Amar à l'espace Paul Amar chez Les Nouveaux Troubadours à Saint Sever du Moustier (Aveyron).






* L' association BABART

L'Association BABART créée en 2010 à Collias (30) promeut tout au long de l'année des artistes « en marge » par divers actions.  Elle a par exemple créé en 2012 une Artothèque (bibliothèque d'œuvres d'art) qui compte aujourd'hui plus de 350 peintures et sculptures d'une quarantaine d'artistes « hors-normes ». Outre les abonnements à destination des particuliers, l'association développe également des abonnements pour les entreprises et les collectivités. Enfin, BABART retourne depuis quelque temps à l'école... Les élèves choisissent des œuvres qu'ils empruntent pour deux mois et réalisent ensuite des ateliers à partir des créations de l'Artothèque (en 2013, une quinzaine d'écoles du territoire participent à ce projet).
BABART organise également depuis 2010 un événement festif le second week-end de décembre: l'Épicerie de l'Art. Le principe est simple, les fruits et légumes sont remplacés par des petits formats à moins de cent euros. La manifestation est ponctuée par des concerts, des spectacles, des ateliers et un loto culturel ou les places de concerts et les livres prennent la place des écrans plats et autres jambons.
Enfin, après trois ans d'itinérance à l'échelle du Pays Uzège-Pont du Gard, l'association s'est dotée en mai 2013 d'un lieu permanent d'exposition: Le Tracteur. Projet collectif qui regroupe outre l'association, un restaurant, une épicerie, un pépiniériste, Le Tracteur est un lieu ouvert à l'année qui accueil l'ensemble des activités de l'association (Artothèque, Épicerie de l'Art, expositions temporaires...).




Le Singulier Boudoir
A la mairie de Lyon 3
215 rue Duguesclin 

 69003 Lyon


du 28/09/13 au 06/10/13

lundi au vendredi de 10h à 19h

samedi 9h à12 h
Fermé le dimanche



Vernissage Lundi 30 Septembre à 20h!

Association BABART Le Tracteur,
30210 Argilliers www.babart.fr –
 contact@babart.fr
06 13 07 63 59
06 49 23 13 01


(Merci à Victor Guinehut pour les visuels ) 


jeudi 26 septembre 2013

UN DVD SUR JEAN SMILOWSKI, BODAN LITNIANSKI ET ARTHUR VANABELLE : "L'ART BRUT OU LA BEAUTE CONVULSIVE "


Faire un blog est bien gratifiant  !
Je  reçois de sympathiques messages et d’émoustillantes  propositions !

Ainsi est arrivé le message de Yohan Laffort et la possibilité de visionner presque en avant première un  DVD sur trois artistes évoqués sur les Grigris :
JEAN SMILOWSKI, BODAN LITNIANSKI ET ARTHUR VANABELLE .

 " Nous avons beaucoup trainé pour finaliser ces films (des documentaires plus que de simples reportages!!) en DVD pour des problèmes de droits (son et image, notamment le film sur Jean Smilowski), mais ça y est !"

 Ces films  ont en effet  déjà été montrés  à Nice aux Rencontres de l'Art Singulier en 2006
"C'est à mon avis - sauf erreur de ma part - les seuls films consacrés entièrement à ces trois artistes !!"

J'ai eu une grande émotion en les regardant  !


Voici pour chacun la présentation rédigée par Yohan et mes impressions ...








Ce  coffret DVD  s'intitule "L'art brut, ou la beauté convulsive" et  regroupe 3 films :

 - Bodan, simple royaume au bout du siècle
Un film de Yohan Laffort
2002. Durée : 36 mn
Bodan Litnanski avait 87 ans quand nous l’avons filmé. Habitant paysagiste, il poursuivait une œuvre pittoresque, récupérant et recyclant toute une série d’objets de rebut pour en faire des sculptures, des totems, des colonnes qui finissaient par faire de son jardin un labyrinthe fantastique. Le film est une invitation au voyage dans cette cathédrale baroque et païenne.

 Sans doute est ce avec le film sur Bodan Litnianski que j'ai eu la plus grande émotion. Sur ce lieu aujourd'hui envahi par la végétation j'ai fait plus d'un article . 
Cette maison je rêve de la sauver alors voir Bodan arpenter ses allées, se faufiler derrière ses empilements, voir Bodan travailler, choisir minutieusement chaque objet, voir Bodan attendre (espérer) les visiteurs et dire en regardant son travail " C'est beau ça " . L'entendre prononcer des phrases mémorables " c'est le béton qui demande, pas moi qui commande", voir Bodan peindre des liserons, pousser sa charrette, l'entendre évoquer la guerre, son peu de souvenirs de l'Ukraine, voir Bodan sourire, évoquer avec fierté les touristes japonais, américains, belges et allemands et terminer par cette phrase magnifique " Même que vous êtes disparu on viendra vous voir" .
J'ai aimé dans ce film la présence discrète du réalisateur, le peu de paroles, les silences. On n'est pas noyé sous un flot de questions mais on voit un homme vivre et créer , réaliser son rêve .
On comprend vite que ce film ne s'est pas fait en une seule fois et que Yohan Laffort est venu et revenu filmer l'artiste .
J'ai beaucoup aimé aussi les plans sur les réveils et les horloges puis sur les poupées ...
C'est un film délicat....


- L’ampleur de Smilowski
Avec Jacques Bonnaffé..
Un film de Jean-Michel Compiègne et Yohan Laffort - Montage : Stéphane Dhenin
2004.  35 mn
Jean Smilowski est mort en 1989. Durant toute sa vie, il a habité une cabane en bois, sans eau ni électricité, à la lisière de la ville de Lille. Il n’a cessé de peindre, de « bricoler » dans son palais idéal, son « ranch », fasciné par les images, par l’Histoire, le cinéma et ses stars inaccessibles.
Jacques Bonnaffé a prêté son talent au film, sa voix, son énergie pour nous guider sur les traces de cet artiste hors-norme, habité par ses rêves.


Ce qui m'a le plus ému dans ce film c'est la voix de Smilowski enregistrée sur un magnétophone et la présence de Jacques Bonnafé à la fois attentive et pleine d'empathie (il ne faut pas oublier que le comédien est né à Douai dans le Nord) il donne au film une dimension poétique . Il s'associe à la quête des réalisateurs et évoque " cette précarité nécessaire à ce jaillissement des couleurs du sol au plafond " .
Les oeuvres de Jean sont filmées en gros plan et l'on se régale devant les valises , les fresques, les visages de Ramona, des indiens, des cow-boys ....
Intense émotion lorsque Smilowski évoque son accident à 33 ans, lorsqu'il chante le chant de l'exilé, lorsqu'on découvre les vieilles photos où l'artiste se met en scène coiffé comme Clark Gable par exemple, lorsqu'on voit la petite caméra qui lui permettait de regarder des films en super 8 ... 
Quant aux cahiers de dessins ce sont de pures merveilles !


 - Dans la cour du roi Arthur

Un film de Yohan Laffort
1998. 11 mn
Arthur Vanabelle, agriculteur retraité, s’est découvert tardivement une passion : il a peu à peu récupéré toute une série d’objets sur le bord des routes, plus hétéroclites les uns que les autres, pour peupler son jardin et sa cour de ferme d’engins fantastiques, « peinturés » avec soin, et encore aujourd’hui entretenus. 
A 72 ans, Arthur nous parle de son « travail » créatif, de ses souvenirs, souvent douloureux, de sa vie, fragments de récits dialoguant avec son œuvre inclassable.

Ce dernier film est peut être un peu frustrant car plus court . On y voit un Arthur Vanabelle au regard vif et facétieux . On y entend des confidences sur les oncles morts, le célibat, sur la guerre ... On y voit Arthur âgé de 72 ans monter sur les toits pour repeindre et réparer ses avions et on l'entend prononcer cette phrase " on est parti de rien et on arrive à pas grand chose". 
Bref ce film montre un homme déjà âgé mais avec une énergie folle et c'est réjouissant . 



Voici donc un achat indispensable si vous aimez l'Art Brut ou si vous avez croisé la route de ces trois artistes !

 Le plus réussi dans ces trois films c'est que le ou les réalisateurs ont su se faire discrets .
 Le ton est juste, le regard porté sur ces hommes est bienveillant . 
Ce qui domine ici c'est le respect .
Bravo à Yohan Laffort et Jean-Michel Compiègne !
Ces films arrivent longtemps après leur tournage (1998 pour Arthur Vanabelle, 2002 pour Bodan Linianski et 2004 pour Jean  Smilowski) mais ils en sont peut être encore plus émouvants .


Voici comment faire pour acquérir ce DVD :

- Pour les particuliers : le prix est fixé à 20 euros + 1,45 euros (frais de port), soit 21,45 euros
le DVD est envoyé dès réception du chèque, en lettre bulle protégée.
- Pour les institutions (médiathèques, musées, etc) : le prix est fixé à 85 euros (avec droit de prêt et de consultation sur place) + 1,45 euros (frais de port), soit 86,45 euros TTC.
 le DVD est envoyé dès réception du chèque, en lettre bulle protégée.

 Dans les ceux cas, il faut libeller le chèque au nom de "Du Film à Retordre"
et l'envoyer à :
Association Du Film à Retordre,
23, rue Paul Bert
 59260 HELLEMMES LILLE - FRANCE
Pour tous renseignements : téléphoner au 06 76 73 25 79 ou au 03 20 06 43 11 -
 E-mail : laffort.yohan@neuf.fr (Yohan Laffort)


JEAN SMILOVSKI ET LES GRIGRIS 

BODAN LITNIANSKI ET LES GRIGRIS

ARTHUR VANABELLE ET LES GRIGRIS


(cliquer sur les liens)





mercredi 25 septembre 2013

JEAN-LUC GIRAUD EXPOSE SES MONOTYPES A NANTES


Amis nantais une exposition à ne pas manquer annoncée dans MYCELIUM !
Et un artiste à découvrir ... ou retrouver : JEAN-LUC GIRAUD !






"Nous étions en 2013. L'hiver s'était étiré lugubrement. Le printemps ? Encore pire ! Des mois sans la moindre caresse du plus fugitif rayon de soleil.  La poisse au cul verdâtre, quoi ! (expression d'un défunt cousin).
... Et voilà que les spécialistes internationaux de la météorologie assuraient qu'il y avait soixante dix pour cent de chances pour que l'été à venir soit exécrable et que, concernant un éventuel été indien, on pouvait s'en battre l'œil et faire une croix dessus. Superbe !
... Et moi, moi bien sûr, pauvre de moi, avec sur ma peau et dans ma tête une impression de perpétuelle (fatale ?) moisissure mortifère, quelle énergie pouvais-je encore trouver pour répondre à un objectif que je m étais fixé, celui d'une petite exposition à Nantes à l'automne ?
Dans l'incapacité d'en imaginer un quelconque contenu, je m'appliquais lugubrement à lui chercher un titre qui lui correspondrait. Quelques exemples : "Ma dernière surprise partie", "The last Waltz", "Guignioleries d'Outre-Tombe",  jusqu'à "Le rebouteux déboîté, dans ses saisissantes moisissures"
( ce dernier avait ma préférence).
C'est une conversation avec mon ami Roger Brusetti qui m'a mis sur une voie salvatrice en m'invitant à la légèreté et à la désinvolture, antidotes souverains, selon lui, envers toutes formes  de nécroses :
-  Et pourquoi pas tes monotypes ?
Et pourquoi pas des monotypes ?
Ouf ! Voilà que j'avais une sorte d'objectif. Même s'il était dérisoire, c'était mieux que rien. J'ai démarré laborieusement, un peu comme l'écolier devant son cahier de devoirs de vacances, avec le sentiment stupide "qu'il fallait que j'assure " (assurer quoi au fait ?).
Peu à peu, le vrai plaisir, et la légèreté, ont dépassé la seule besogne et j'ai fini par bien m'amuser.
Dans le même temps, un été luxuriant étalait pour nous ses splendeurs.
J'ai réalisé une quarantaine de monotypes durant cette période estivale, qui feront l'objet de cette exposition.
Je suis aujourd'hui totalement incapable de distance vis-à- vis de cette production spontanée, et si quelqu'un me demandait ce que j'ai voulu exprimer, il considérerait certainement ma réponse stupide ou alors prétentieuse : Je voulais me montrer que j'étais encore vivant et drôle, et emmerder les météorologues.
Je m'étais également donné comme objectif prioritaire dans cette petite aventure celui de ne surtout pas faire d'autoportrait (ma "spécialité"), Alas! les quelques amis à qui j'ai montré ces monotypes semblent prendre du plaisir à me dire que cela n'est pas le cas. En témoigne ce courrier de Laurent Danchin :
On a beau connaître ton univers, c'est un renouvellement complet à chaque fois, et ce noir des monotypes est magnifique. Malgré tout on te reconnaît partout à travers les personnages ou les animaux, c'est le plus étonnant. Le créateur ne peut pas s'échapper à lui-même. On a fabriqué sa propre prison ou on est soi-même sa prison.
Laurent a bien raison, mais cette prison est aussi un royaume* et l'été indien nous sera  resplendissant.
Au fait, j'ai fini par intituler cette exposition Monotypes estivaux. Pas vraiment fracassant mais sympathique, non ?"

* Notre prison est un royaume  (Gilbert Cesbron)






"Il y aura toujours en moi comme une obligation de faire bien et de mériter, tout autant dans mes amitiés que dans mon 'travail' d'ailleurs. Quand je dis 'travail', j'englobe sans distinction mes anciennes activités d'enseignant et celles de dessinateur. Je peux par exemple m'acharner des jours sur un petit dessin au crayon, multipliant les traits minuscules pour en gommer la plupart ensuite, tout en caressant la belle feuille de papier Arches et en m'égarant souvent dans des repentirs quasiment invisibles. Cet aspect savant de mon travail me plaît et, sans doute, me rassure. Il y a de quoi  : je suis une sorte de poids lourd du petit trait. C'est pourquoi la pratique du monotype ou celle d'autres techniques aussi spontanées me procure, comme en contrepoint, un plaisir quasiment frénétique et jubilatoire, mais teinté de culpabilité. C'est sans doute la raison pour laquelle je n'aime pas que les gens me disent qu'ils trouvent ces gribouillis relevant de l'écriture automatique plus intéressants que les dessins qui m'ont demandé tant d'efforts."                      







Abandon
(Pratique nocturne du monotype)


"... Un peu à la manière d'une séance de spiritisme nocturne bon enfant.
Sans invocation particulière, ni illumination, ni une quelconque visitation.
En bonne entente avec moi-même, cet étranger compatissant, prêt à tout excuser.
Engourdissement de la pensée, c'est le vide des idées.
La volonté, cette volonté si diurne et masculine, semble comme se ramollir
dans l'odeur familière et euphorisante  de l'encre lithographique.
Souverain de ma nuit mais modeste, je ne suis pas en quête d'inspiration
ni  taraudé par l'envie de faire œuvre.
L'idée crétine de devoir faire appel à " l'imagination" me fait sourire.
L'imagination, combleuse de vide,  dont parle Simone Weill *
Il se trouve que c'est justement cette attirance du vide qui dans ces moments m'emporte.
Alors, je gribouille cependant que le temps se dilue.
Un peu aérien mais restant néanmoins très appliqué, besogneux même, 
j'enchaîne une série de monotypes jusqu'à ce que la lassitude l'emporte.
J'aime que cette technique rapide ne supporte pas le repentir.
Quand "rien ne vient" il ne sert pas de s'obstiner, mais ce n'est pas du tout grave.
Mieux vaut s'en prendre alors au choix d'un mauvais papier,
de l'encre qui sèche trop vite ,ou à cet imbécile de chat 
qui s'applique à mettre ses empreintes partout où il ne faut pas..."

* La pesanteur et la grâce.






Vernissagee mercredi 25 septembre 2013
à partir de 18h 30.
Apéritif de décrochage le dimanche à partir de 11h








EXPOSITION
JEAN-LUC GIRAUD

MONOTYPES ESTIVAUX

 du lundi 23 au dimanche 29 septembre
de 10h30 à 13h et de 16h à 19h.














Galerie  ATELIER EXPO
14 rue Joseph  Caillé 44000 Nantes.
( entre la Place Edouard Normand et la place Viarme)


JEAN-LUC GIRAUD ET MYCELIUM 


JEAN-LUC GIRAUD ET LES GRIGRIS DE SOPHIE

(cliquer sur les liens) 





mardi 24 septembre 2013

EXPOSITION ART ET NATURE SUR LE SITE DES RENAUDIERES A CARQUEFOU

Il ne reste que quelques jours pour profiter du parcours " ART ET NATURE" sur le site des Renaudières à Carquefou ...






" Nantes et son agglomération sont classées "capitale verte" pour l’année 2013.
La Ville de Carquefou souhaite dans ce contexte, valoriser le site des Renaudières, lieu emblématique de la commune et développer un projet "Art et Nature" autour du Land Art.
La Ville de Carquefou a lancé dès le début d’année, un appel à projet auprès d’artistes plasticiens. Le jury a sélectionné 12 artistes qui inscriront l’art dans l’environnement du 15 juin au 29 septembre 2013.
Exposition collective d’art monumental en lien avec le paysage, avec la participation de plusieurs artistes plasticiens, qui ont créé in situ, des œuvres éphémères qui font écho à la nature qui les accueille. Les matériaux utilisés sont laissés au libre choix de l’artiste : végétaux, minéraux, matériaux manufacturés, avec une préférence pour les matières naturelles, recyclées et biodégradables. Des œuvres sont présentées sur la mare des Renaudières, à l’Orangerie ou dans la magistrale allée des Renaudières, créant ainsi un véritable parcours sur le site."



  Sans titre, Installation, 6 panneaux en verre synthétique, structure métal. (2mx1.40) chaque panneau


Nadège GANDON Vit et travaille à Lorient (56)

" Jeune plasticienne diplômé de l’école des Beaux Arts de Lorient, Nadège Gandon expérimente le paysage de manière singulière et personnelle. Ayant un intérêt très particulier pour le dessin et la peinture, l’artiste transpose les rapports géologiques et la construction de l’espace. Ses questionnements autour du paysage évoluent à travers différents médiums, dessin, installation, peinture 
« C’est alors que le paysage devient paysage par la vue, captation, fragment, prolongement. Intervient la prise en compte d’un espace à travers les routes de mes déplacements, le croisement de la carte, et de l’image photographiée, la construction d’une image. La nature est assemblage et multitude, enchevêtrement de divers éléments et succession de plans menant à la profondeur et à la perspective. »
 L’œuvre se compose de 6 ronds en verre synthétique, sur lesquels sont gravés des motifs issus de la faune et de la flore du site des Renaudières. Cette œuvre très sensible n’est pas sans rappeler les gravures fines et délicates de Tal Coat. De plus la qualité du trait nous permet d’apprécier la technique de la gravure et de l’expérience du matériau. Cette œuvre joue avec différents points de vue du site ainsi qu’avec toutes les caractéristiques spatiales, telles : l’ombre et la lumière, les reliefs et volumes…. Avec un intérêt particulier accordé au détail, le promeneur pourra apprécier la qualité du trait et le travail de cette surface."


LE SITE DE NADÈGE



« Sédimentations » Implantations de piquets recouverts de laine 36 piquets carrés (6x6) Environ 10m²
   
 Frédéric OLLEREAUVit et travaille à Auchun (58)
  
"Frédéric Ollereau dispose d’une sensibilité particulière pour le paysage et son utilisation.  Travaillant essentiellement à partir de laine, l’artiste est présent dans de nombreuses collections telles que celles du FRAC Poitou-Charentes, Frac Limousin, mais aussi du Fond National d’Art Contemporain. 
« La tendance à l’individualisme de nos société est un sujet prégnant dans le travail de Frédéric Ollereau. L’artiste n’en fait pas seulement le constat. Il propose des formes d’interventions artistiques, souvent de l’ordre de l’éphémère (performances, documentaires, installations) qui opèrent selon d’autres valeurs. Il sollicite la communauté et propose des situations de partage, avec une forme d’art participatif, prenant le contre-pied des défauts de la modernité comme l’isolement de l’individu ».        

Sédimentations est une œuvre sociale et politique dans laquelle chacun apporte un élément. Par l’intermédiaire de collecte organisée auprès des Carquefoliens, l’artiste récupère de la laine afin d’en faire des lignes graphiques qui joue avec la typologie du lieu. Travaillant avec des matériaux organiques tels que la laine, et le bois, l’artiste s’attache aux différentes caractéristiques du paysage : matière, matériaux, essence du paysage…..  "      

LE SITE DE FRÉDÉRIC


« Totem géant » Un grand totem, réalisé en bois et éléments recyclables (3mx2.80m)
 
Céline RANGER Vit et travaille en région nantaise.
  
" Fascinée par le dessin et par la peinture, Céline Ranger, a suivi des études supérieures d’Arts Appliqués, à l’Ecole Boulle puis à l’Ecole Estienne. Elle étudie également pendant plusieurs mois au National College of Art and Design à Dublin. Elle travaille ensuite pendant près de huit ans comme graphiste au pôle créatif, dans différentes agences de communication. Fin 2006, elle décide de se consacrer exclusivement à son œuvre.    

Le projet proposé vient se fondre dans la nature environnante. Il est une douce invitation au recueillement faite au promeneur, par sa présence sensible, presque énigmatique. Faisant écho à la présence vivante des arbres, manifestés par la vibration de leurs feuillages, le balancement de leurs ramures, l’œuvre totem s’exprime par des oscillations et froissements de ses propres ailes, matérialisant ainsi le vent et les différentes vibrations spatiales. Œuvre réalisée à partir d’éléments de récupération.  "         


 « Subtile arborescence » Installation, œuvre en bois et craie (1.50x3.50m)  

  Sébastien GUYONNEAUVit et travaille à Giscos (33)

" Plasticien naturaliste, Sébastien Guyonneau dit  « khan »  éprouve un intérêt particulier à associer l’art à l’environnement. Docteur en arts plastiques, et membre de société scientifique, khan, nous propose de prendre conscience du paysage et de sa biodiversité. Enrichi par sa collaboration avec l’artiste François Méchain, au Festival International de Chaumont sur Loire, l’artiste continue à développer un travail singulier autour de l’art, de l’environnement et de la science.   

Pour ce parcours art et nature, l’artiste investit la mare du site des Renaudières. Reprenant l’architecture du « coléanthe » qui est une plante annuelle qui se développe essentiellement sur les berges des étangs, l’artiste nous propose une « subtile arborescence ». Réalisée en bois, matériau souvent sollicité par l’artiste, cette pièce nous parle de la biodiversité du site, de cette flore essentielle qui tend pourtant à disparaître.
« L’objectif est de magnifier une espèce de petite taille, invisible pour le néophyte, afin de la rendre visible pour tous (…) le fait est que l’équilibre du monde vivant est une alchimie délicate qui nécessite le concours commun de toutes les formes de vie sans exception. »" 


 Pour tous renseignements, vous pouvez contacter :
 Direction de l’Action Culturelle, Ville de Carquefou 
02 28 22 24 40 
culture@mairie-carquefou.fr 
Plus d’informations sur www.carquefou.fr

JUSQU'AU 29 SEPTEMBRE !

lundi 23 septembre 2013

LAURENCE CUASANTE AU CHEVAL BLANC A SEPT- SAULX


En ce vendredi 20 septembre j'ai répondu à l'invitation de PAULINE MALTRET chef de projet de "Créer au féminin" et je suis partie avec tout un groupe de femmes ( nous étions presque 30 !) à la rencontre de LAURENCE CUASANTE, chef du restaurant LE CHEVAL BLANC à Sept-Saulx ...

Une belle rencontre avec une femme exceptionnelle, que dis je un couple rare (car son mari PIERRE était là aussi)  au parcours atypique ...
Nous avons été somptueusement reçues (petit déjeuner réjouissant avec crêpes, brioches, fromage et confiture maison), et c'est avec bonheur que nous avons écouté LAURENCE évoquer sa passion pour son métier et son amour du lieu ...
Qu'elle nous parle de sa vie d'avant ou de sa madeleine de Proust (un crabe amoureusement décortiqué lorsqu'elle était petite fille ), des achats de ses produits frais ou de sa vie de mère LAURENCE fait preuve de sincérité et de simplicité .
Les deux heures prévues passent à toute vitesse, reste l'envie de rester plus longtemps et de venir déjeuner ou dîner AU CHEVAL BLANC ...
























 (photo facebook)

LE SITE DE CRÉER AU FÉMININ

(cliquer sur le lien )



 

 

LE RESTAURANT 

Le Restaurant Cheval Blanc à Sept-Saulx a connu mille et une vies depuis sa création par Alcide Lefèvre en 1900. Aujourd’hui, après plusieurs mois de travaux pour rénover le lieu tout en préservant la patine des générations passées, le restaurant a ouvert ses portes pour accueillir à nouveau les Champenois, voyageurs et autres curieux prêts à se laisser séduire par le savoir-faire du Chef, Laurence Cuasante.

LA CHEF

Arrière petite-fille de Marie Chauffert, qui est arrivée derrière les fourneaux du Relais de Poste de Sept-Saulx à la fin du XIXe siècle, Laurence Cuasante retrouve aujourd’hui la Marne après plusieurs années passées en Loire-Atlantique.
Souhaitant s’affranchir des codes parfois un peu strictes de la gastronomie, entre cuisine de bistrot et produits du terroir, elle veut offrir un menu gourmand mais simple avec des plats qu’elle a pris plaisir à imaginer.




Les Formules
Menu 26
ENTRÉE + PLAT 19 / PLAT + DESSERT 19
Fraîcheur de crabe
Ou
Salade aux légumes confits, chorizo, Manchego
 Pintade aux amandes comme un tajine
Ou
Grenadin de veau Orloff
 Cheese cake aux fruits d’été
Ou
Pêche « MELBA » chocolat blanc, framboises

Thomas DUPRAT transcrit  les propos de Pierre dans l'Union du 8 février :
 "Le village et ce restaurant nous ont beaucoup donnés, nous ferons ce que nous pouvons pour lui redonner un commerce digne de ce nom. La plus grande de nos satisfactions est de retrouver des visages que l'on n'avait pas vu depuis près de trente ans », assure le restaurateur. Sept-Saulx a donc retrouvé un établissement qui l'avait fait connaître dans la grande périphérie rémoise. Et une certaine activité par la même occasion."


Restaurant Cheval Blanc                        
Place Edouard Mignot
51400 Sept Saulx
03 26 03 51 91

 Nous vous accueillons du mercredi au dimanche.
Il est conseillé de réserver.
Pour nous trouver :
A deux pas du vignoble champenois, sur la D944 de Reims à Châlons en Champagne,
Entre Mourmelon et Val-de-Vesle, à quelques kilomètres des caves de Verzy et Bouzy.




( cliquer sur le lien)

dimanche 22 septembre 2013

EMMANUELLE FAVARD ET VÉRONIQUE WIART A LA GALERIE DU CARDO

Pascale Loufrani propose en cette fin septembre une toute nouvelle exposition !
Deux artistes en harmonie à découvrir jusqu'au 5 octobre!



 VÉRONIQUE WIART 

" Véronique WIART travaille la terre  dans son atelier Parisien depuis une vingtaine d’années. Ses formes sont tissées des influences  Asiatique, Africaines, Amérindiennes  dans une archéologie imaginaire d’un monde qui reste à inventer, mais qui se cherche dans les idoles des temps premiers de toutes les civilisations.
Ancienne élève de l’école  des Arts Décoratifs  de Paris , sa formation de graveur donne une orientation particulière a sa production.  Au terme d’un processus de  façonnage, séchage, cuissons à 1.300 degrés de pièces en grès, intervient un émaillage à la surface des œuvres .L’aspect définitif des pièces  montre des traces d’un travail en creux évoquant celui de la taille-douce avec une utilisation de l’émail captif de ces  intailles dessinées dans la peau des  sculptures.
Pour ce travail l’artiste a pensé aux bulles de champagne et au  sourire  de l’ange avec comme point commun l’air qui fait voler les plumes de l’ange et pétiller les bulles…
L’air est important dans ce travail : c’est lui qui sert d’armature à l’intérieur des sculptures.
Faire dans l’envol, le léger, l’aérien.
«  J’essaie d’étirer la matière vers le ciel, il faut que cela danse et flotte malgré son poids. Ces sculptures je les ai appelées les « Ménines »il y a bien longtemps, à cause de leurs robes qui ne passent pas les portes et de leur platitude, comme dans le tableau."



EMMANUELLE FAVARD

" « C’est le regard qui me préoccupe »
Je cherche à rendre sensibles les dispositifs qui servent à s’exposer ou à se soustraire au regard tout en ménageant des ouvertures.
Regarder être regardé :le regard est un va et vient ,un passage entre dedans et dehors, entre visible et invisible ,entre soi et les autres »
Cette préoccupation à conduit l’artiste à explorer les voiles et les manteaux : ces pans de papier ou tissus superposés ,pesants ou légers enveloppant visages et corps, et laissant affleurer une présence discrète secrète ou silencieuse. Le regard se tient au seuil.
Accumulation de points, traits tâches proches de l’écriture puis assemblage à l’aiguille pour former les «  manteaux  »
Une gestation lente, un univers épuré ,une palette réduite au gris noir blanc l’univers d’Emmanuelle Favard doit atteindre l’harmonie.
Cette volonté d’économie de moyens génère une subtilité du peu.
Emmanuelle Favard a fait parallèlement des études littéraires et artistiques.  "











EXPOSITION à La Galerie du Cardo

20 SEPTEMBRE - 5 OCTOBRE

Véronique WIART  (Sculpture)

Emmanuelle FAVARD (Tissus)


27 rue Henri IV 51100 REIMS 


Du mardi au vendredi de 14h30 à 19h
et le samedi de 10h à 18h sans interruption.


 LE SITE DE LA GALERIE DU CARDO